+33 (0)6 61 11 92 24 info@callunacom.fr EN | DE

«Decluttering», le désencombrement qui allège le quotidien…

«Decluttering», le désencombrement qui allège le quotidien…

Se débarrasser du «superflu», d’objets devenus obsolètes qui encombrent notre quotidien… faire le tri dans le flot d’information qui nous parvient de tous les côtés et même….se détacher d’habitudes ou de comportements qui entravent notre bonheur….
Voilà en quelques phrases ce que l’on pourrait entendre par le fameux concept du «decluttering» (désencombrement) très en vogue dans les pays anglophones en ce moment.

Nous avons tous déjà souvent été confrontés à des situations où ce grand tri et ménage du siècle s’imposait à nous : déménagements, aménagements, rénovations, changements de vie…Et lors de ce processus presque cathartique apparaissent souvent deux constats : mais d’où viennent tous ces objets, et à quoi servent-ils au juste ?
Suivi d’un sentiment de soulagement quand l’esprit est suffisamment alerte pour faire le tri entre ce que l’on pourrait et devrait garder et… le reste.

Si on prenait un peu de recul, en survolant nos habitations en hélicoptère par exemple ou en répertoriant minutieusement chaque objet qui s’y trouve, on serait vite dépassé par l’ampleur de la tâche : en moyenne, un allemand possède à peu près 10 000 objets dans son foyer, le foyer britannique moyen possède des vêtements d’une valeur globale de  4 500€.

Les chiffres concernant les foyers français sont certainement comparables.

giphy-1
Et ce phénomène de stockage n’est pas forcément lié à une tranche d’âge spécifique ou une classe sociale, comme le souligne un article paru dans Le Figaro Immobilier* l’année dernière :

«C’est ce que rapporte une étude publiée par Ouistock et Opinion Way. Nous stockons trop. Beaucoup trop. Résultat: nous n’avons plus de place. 53% des Français déclarent manquer de place pour stocker leurs affaires, quelles qu’elles soient.
Cette difficulté à gérer son espace et la tendance à s’embarrasser du superflu serait, selon l’étude, un travers féminin (57%), mais qui est aussi courant chez les moins de 35 ans (65%) et les Français dont les revenus n’excèdent pas 2000 euros par mois.»

* http://immobilier.lefigaro.fr/article/les-francais-encombrent-leur-maison-d-objets-inutiles_b722b6d2-d78e-11e4-8924-af789cefd964/

Le concept du «decluttering» du désencombrement, vise à alléger les espaces une fois pour toutes et de manière régulière pour se rendre la vie plus facile.
Trier, ranger, désencombrer, donner une deuxième vie aux objets en les recyclant et optimiser l’espace de manière régulière… sans attendre les grands évènements comme les déménagements ou les rénovations.

La méthode de rangement qui a le plus fait parler d’elle, c’est la méthode KonMari de la japonaise Marie Kondo*, une méthode de rangement qui promet que «mettre de l’ordre dans votre intérieur afin d’améliorer votre quotidien» pourrait littéralement changer votre vie.
* http://www.blockbookster.com/First/Marie-Kondo/La-Magie-du-rangement-Methode-KonMari/La-methode-KonMari

giphy

Une autre approche, c’est celle des Minimalistes*, un site lancé par deux amis qui évoquent  un mode de vie qui ferait sens avec moins d’objets. Ce site est aujourd’hui suivi par 4 millions de lecteurs et les Minimalistes ont poursuivi leur aventure à travers la parution de différents livres et documentaires.
Dans le concept d’un vie avec moins de possessions, les Minimalistes insistent sur le fait que le but n’est pas uniquement de réduire, d’enlever ou de supprimer des objets, mais de faire de la place pour… vivre plus de passions et d’envies, de l’espace pour de nouvelles expériences, davantage de possibilités, plus d’investissement personnel et de satisfaction à tous les niveaux. Plus de liberté, en somme.

* http://www.theminimalists.com/tedxfargo/

C’est également autour de la notion de liberté que Adam Baker* s’est posé la question de du désencombrement. Imaginer une vie avec moins de possessions… qui ouvrirait la porte a bien d’autres possibilités. Comme celle de faire le tour du monde avec sa petite famille.

* http://tedxtalks.ted.com/video/TEDxAsheville-Adam-Baker-Sell-y

Ces notions ne sont bien sûr ni particulièrement innovantes, ni radicalement différentes de celles prônées par exemple Pierre Rabhi dans son livre Vers la Sobriété Heureuse.
Dans son ouvrage, Pierre Rabhi démontre que seul le choix de la modération de nos besoins et désirs permettra de contrebalancer le poids d’une mondialisation galopante, pour au final remettre l’humain au coeur de nos préoccupations.

http://www.actes-sud.fr/catalogue/economie/vers-la-sobriete-heureuse

giphy-4

Et si on pouvait également appliquer le concept du désencombrement au flot d’information qui nous parvient tous les jours…

Quelles astuces, quelles méthodes pour faire le tri, le rangement et tirer profit de sources d’informations diverses ?
Affaire à suivre….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mentions légales | © emmasatti.fr 2011-2016